réseau repas

Réseau d'Echanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le déroulement du compagnonnage

travaux_collectif_viel_audon.jpg

Prochaine session du 14 février 2018 au 28 octobre 2018

La date limite d'inscription est le vendredi 17 novembre 2017 à minuit
Nous vous conseillons d'envoyer votre candidature dès que possible.
Les candidatures seront retenues dans leur ordre d'arrivée.

La sélection

L'information de la proposition de compagnonnage est diffusée dans les revues comme Silence, Les quatre saisons du jardinage, Village magazine, Transrural initiatives, Campagnes solidaires, etc. Des affiches et des plaquettes sont envoyées dans les coopératives biologiques de consommateurs, dans quelques universités, lycées avec option Gestion Protection de la Nature, les Maisons de la Nature etc. Des dossiers de candidature sont envoyés aux personnes qui en font la demande ; après avoir réorienté les candidatures inappropriées en comité de pilotage, les candidats sont invités à participer à un regroupement d'une semaine où comité de pilotage et compagnons font connaissance, chacun y exposant ses motivations et ses objectifs. Il est encore temps de se désengager si l'on considère que le compagnonnage ne correspond pas à ses attentes.

Les immersions

Le compagnonnage alterne immersions en entreprise, regroupements et groupes-action. L'immersion est un temps de séjour dans une entreprise. Elle dure 5 semaines. Il s'agit pour le compagnon de partager l'activité d'une équipe et de chercher, par un questionnement actif, à en comprendre le fonctionnement. Des notes sont prises, un bilan est fait sur place avec le tuteur et un compte rendu est effectué au regroupement suivant. Il est possible de faire 2 à 3 immersions dans des entreprises différentes durant le parcours.

Les regroupementsviel_audon.jpg

Ils durent de cinq à dix jours et se déroulent en Ardèche et dans le Limousin. C'est le temps de la mise en commun des expériences, le temps des débats sur les thèmes qui préoccupent les compagnons. Ceux-ci peuvent avoir une part active dans le contenu de la semaine ; le comité de pilotage, composé, au minimum, d'une personne de chaque entreprise accueillante, assure la structuration du groupe, les suivis individuels et amène des outils pédagogiques pour stimuler la réflexion. Il assure la continuité du suivi des compagnons et la communication avec l'ensemble du comité de pilotage...

Les "groupes-action"

Ce sont des périodes d'expérimentation à proprement parler. Si, durant les immersions, le compagnon se retrouve en posture d'observation (tout en participant au quotidien du collectif) et analyse un fonctionnement déjà en place, durant les groupe-action, 5 à 8 compagnons se retrouvent sur un lieu dans l'objectif de réaliser un chantier en prenant en charge l'organisation de sa réalisation mais aussi l'organisation de la vie quotidienne, des rythmes de travail, etc.
La structure d'accueil propose un chantier ou une mission et assure l'accompagnement en désignant un référent technique comme personne ressource.
En fin de chantier, un bilan-analyse est réalisé par le groupe avec les tuteurs de la structure afin d'observer ensemble les choix qui auront été fait pour le fonctionnement collectif (prises de décisions, partage des taches, places des individus dans le groupe, etc.).
Les « groupes-action » se déroulent sur 5 semaines.

groupe_battement_d__ailes.jpg

Le financement

Si le compagnonnage est soutenu par différentes régions, les aides ne permettent pas de financer la formation à 100 %. Ce financement permet de rémunérer le travail de secrétariat, de montage des dossiers, de promotion, de suivi administratif, etc. Il est demandé à chaque compagnon une participation de base d'un montant de 400 € correspondant aux frais liés à l'hébergement et à la restauration durant les 3 regroupements du parcours. Et pour finir de boucler ce budget et réussir à couvrir les frais liés à l'organisation même du compagnonnage (le logement des groupes¬-action, les déplacements des membres du comité de pilotage, le temps de travail pédagogique et de suivi qu'implique l'engagement de formateur), il faut trouver une économie qui se re¬négocie chaque année.
Nous avons donc mis en place un système de participation libre des compagnons qui peuvent et souhaitent participer au financement de cette action au-delà des 400 € de base (le calcul indique que, de février à juin, la formation coûte, en réel, 4 000 €/stagiaire). Durant le parcours compagnonnage, l'hébergement est assuré, gratuitement, par les structures accueillantes. Il reste à la charge des compagnons les frais de déplacement et de restauration pendant immersions et groupes-action.

Le projet pédagogique

L'initiative économique locale et sociale est un des enjeux majeurs de l'avenir de notre société en proie à la mondialisation de l'économie. Les multiples aides, lois ou mesures contre le chômage, la désertification ou l'exclusion peuvent certes la favoriser, mais elle repose avant tout sur les hommes et les femmes qui auront le dynamisme, la capacité d'élaborer des stratégies, d'animer des équipes, de convaincre, etc. Des programmes, oui ; mais d'abord des acteurs !
Le sens de la coopération et la perception de l'utilité sociale sont des leviers innovants pour imaginer un développement qui ne soit pas qu'économique
Le moteur de ce dynamisme ne sera pas le sens du profit qui lui, oriente vers la spéculation, la délocalisation, la robotisation et la spécialisation et qui ignore les valeurs sociales en privilégiant toujours le capital au détriment du travail.
Le sens de la coopération et la perception de l'utilité sociale sont des leviers innovants pour imaginer un développement qui ne soit pas qu'économique et pour bâtir une société équilibrée qui opterait pour la paix sociale plutôt que pour la "guerre économique". C'est là, aujourd'hui, un véritable enjeu de société.
Malheureusement notre système éducatif est basé sur la compétition, l'élitisme et le mépris du travail pratique. On en attend plus, la sécurité, la reconnaissance sociale que l'esprit d'entreprise et le goût de l'initiative. Le faible taux de création d'entreprises par de jeunes diplômés en témoigne. Ne constate-t-on pas que ce sont les petites entreprises qui sont créatrices d'emploi alors que les grosses sacrifient des emplois en masse car leur seul intérêt est financier ?
En tant qu'initiatives économiques expérimentées, relevant de la coopération, de l'utilité sociale et du développement local, nous nous sentons un devoir d'exemplarité et de formation vis à vis de jeunes désireux, comme nous, d' "entreprendre autrement".
Le compagnonnage que nous proposons n'est pas un stage de création d'entreprise ; il travaille en amont, à la revalorisation de comportements dévalorisés dans le système scolaire et qui sont pourtant ceux qui permettent d'innover, d'inventer, d'entreprendre : revalorisation de l'action, du faire, de l'esprit de partenariat (coopération) et d'un mode de développement respectueux des hommes et de la nature. Revalorisation de l'utilité sociale de l'esprit d'entreprise : agir dans l'économie, c'est aussi militer pour un monde différent et reprendre pouvoir sur un des vecteurs essentiels de la construction de la société.
Ouvrir d'autres possibles, transmettre curiosité et courage, goût de l'initiative et sens des réalités
Mais trois mois de compagnonnage pour transmettre ce message, c'est peu ! Nous en sommes conscients, mais il s'agit seulement d'une sensibilisation, d'ouvrir d'autres possibles, de transmettre curiosité et courage, goût de l'initiative et sens des réalités. La suite, c'est au compagnon d'en avoir l'initiative, soit en s'engageant dans une formation qualifiante, soit dans le cadre d'un compagnonnage individuel, d'un emploi ou d'une démarche de création d'activité.
Pourquoi compagnonnage alternatif et solidaire ? Parce que le compagnonnage évoque l'apprentissage dans l'itinérance : c'est partir à l'aventure, à la rencontre et s'enrichir d'expériences de travail dans un réseau.

chemin.jpg

Les entreprises

Le réseau se nomme Réseau d’Échanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires. On y trouve l'expérimentation de nouveaux rapports sociaux au sein de l'entreprise, à forte dominante coopérative ou associative : coopératives de consommation, de production ou agricoles, associations loi 1901 et S.A.R.L.. Elles ont en commun l'expérimentation de nouveaux rapports au travail et à l'argent ; on y trouve aussi de nombreuses actions de développement local.
La participation des entreprises à l'action de compagnonnage est une démarche volontaire qui sous entend que l'on considère que l'entreprise intègre une dimension de formation au delà des besoins internes : un tuteur suit le compagnon, organise ses activités, fait un bilan et participe au comité de pilotage à l'occasion du regroupement.
>> Consulter la liste des entreprises qui participent au compagnonnage REPAS

Le centre de formation

Pour être reconnu, le compagnonnage doit être piloté par un centre de formation déclaré. L'Association le Mat, au Viel Audon, membre du réseau, tient ce rôle et assure par ailleurs l'hébergement des compagnons et du comité de pilotage sur son site pendant les regroupements.

Le compagnonnage REPAS est financé par

logo-ra.gif Région Limousin Poitou Charente Massif Central Fondation de FranceLogo_Conseil_départemental_Ardèche

aucune annexe



À voir également

Compagnonnage alternatif et solidaire

Le compagnonnage s’adresse à des personnes désireuses de comprendre et d’expérimenter les enjeux et...

Lire la suite

Programme du compagnonnage 2018

Programme du compagnonnage Alternatif et Solidaire 2018 Du 14 février 2018 au 28 octobre 2018 La...

Lire la suite